Nuits américaines

L’art du nocturne aux États-Unis, 1890-1917

ISBN : 978-2-84050-995-0
Date de publication : 15/12/2015
Format : 22 x 22
Nombre de pages : 360
Informations : Relié – 150 illustrations couleur
39,00 €
Disponible

À l’aube du XXe siècle, les peintres de paysage américains abandonnent les vues sublimes des grands espaces de l’Ouest pour se tourner vers une peinture plus intimiste, toute en effets d’atmosphère. La nuit, surtout, fascine les artistes et leur public : entre 1890 et 1917, les paysages nocturnes connaissent un succès sans égal sur le marché de l’art américain.

Pourquoi cet enthousiasme soudain pour l’obscurité ? Aux sources de cet engouement, on trouve le modèle des Nocturnes de James McNeill Whistler, artiste américain expatrié en Europe, qui réinvente la peinture du paysage de clair de lune dans des compositions épurées, aux tonalités sobres et harmonieuses. Mais, à la fin du XIXe siècle, la nuit attire aussi parce qu’elle semble sur le point de disparaître, menacée par les progrès de l’éclairage électrique. Alors que le paysage américain se trouve radicalement transformé par l’industrialisation et l’urbanisation, la nuit offre une échappatoire aux artistes et à leur public.

Le nocturne apparaît comme un genre fondamentalement ambivalent, qui maintient à distance la modernité, mais reflète malgré lui les préoccupations contemporaines des Américains. Les inquiétudes et incertitudes nées des évolutions scientifiques, technologiques, politiques et sociales qui affectent la période trouvent ainsi paradoxalement de puissants échos dans cet art situé « loin de la vie moderne, loin de tout, aux extrêmes confins de la peinture » (J.-K. Huysmans).

 

 

Cet ouvrage est publié grâce au soutien du programme de publication de la Terra Foundation for American Art et du College Art Association et avec le concours de l’Association française d’études américaines.
 

          

Introduction

Partie I
Anti-visions : les nocturnes et la redéfinition de la vision par la science et la technologie au tournant du XXe siècle

Chapitre I. Une esthétique de l’anti-vision

Chapitre II. L’image en crise : la vision à l’épreuve de la science et de la technologie

Chapitre III. L’œuvre d’art à l’ère de sa reproduction mécanique

Chapitre IV. Visions de l’esprit


Partie II
Identités troubles : le nocturne comme métaphore de la différence raciale

Chapitre I. Lumières inversées : le nocturne au temps de l’impérialisme

Chapitre II. Vanishing Indian-Americans : entre la nostalgie et la hantise d’un passé primitif

Chapitre III. Un paysage au sang bleu : le nocturne comme art « blanc » dans l’amérique de Jim Crow


Partie III
Le paysage reconfiguré : nocturnes urbains

Chapitre I. Contraste, confrontation et spectacle : l’altérité des nuits urbaines

Chapitre II. Présences de l’ombre : la figure dans le paysage urbain

Chapitre III. Le nocturne urbain et la redéfinition du paysage américain


Conclusion

Bibliographie

Index

Table des illustrations

Crédits iconographiques

 

Hélène Valance est agrégée d’anglais et docteure des Universités. Elle a enseigné l’histoire de l’art américain à l'université de Gand et au Courtauld Institute of art de Londres. Elle est maître de conférences à l'université de Franche-Comté.
 

Sur le même thème