Violences sur les scènes allemandes

ISBN : 978-2-84050-716-1
Date de publication : 16/12/2010
Format : 16x24
Nombre de pages : 304
Informations : HT 8 p. couleur
20,00 €

Qu’est-ce que la violence sur scène ? Le théâtre des années 1990 s’ouvre à des explosions de douleur, des mises à mort sanglantes, des tortures indifférentes. On assiste partout à la fin de l’être, une fin rendue chair dans le déchaînement de questions sans réponse.

Le jeu ainsi arrimé au corps et à l’interrogation du spectateur est un appel qui invite le public à accompagner les gens de théâtre dans le franchissement de limites. Mais la violence, si forte soit-elle, ne suscite pas nécessairement l’adhésion du spectateur à l’exploration de nouveaux possibles. Il convient donc d’étudier les modalités de son esthétisation, le jeu des signifiés et de ses effets psychophysiologiques dans un contexte idéologique bouleversé.

À l’aube de ce nouvel âge qui suit l’affrontement Est-Ouest, le théâtre de Dea Loher et de Moritz Rinke interroge l’humain, alors que celui de Dirk Dobbrow ou d’Hans Jörg Schertenleib opère des transgressions plus cyniques. Quand la violence ne s’inscrit plus dans un cadre linéaire, dramatique, l’attention requise est plus grande encore, car il n’y a plus d’adéquation entre les signes sociaux connus, leurs signifiés et leurs effets. L’agression va de pair avec une explosion des tabous, des discours et de l’imagerie scénique. S’arracher à ses attentes produit, avec Albert Ostermaier, un mouvement ludique, mais Hermann Nitsch, Elfriede Jelinek et Werner Schwab se montrent d’une cruauté exigeante, furieuse ou douloureuse.

 

Lire un extrait

Spécialiste de théâtre contemporain, Éliane Beaufils est maître de conférences en études germaniques à l’université de Strasbourg.

Sur le même thème