Les Forêts de la Grande Guerre

Histoire, mémoire, patrimoine

ISBN : 978-2-84050-966-0
Date de publication : 19/06/2015
Format : 220 x 220
Nombre de pages : 548
Informations : 200 illustrations couleur et N&B
35,00 €

Cet ouvrage explore le champ encore méconnu des relations entre la forêt et la Grande Guerre, qui fut un puissant agent de transformation des territoires. Car à l'issue du conflit, de la mer du Nord à la Suisse, la déchirure – villages détruits, terroirs agricoles abandonnés, forêts brisées, sols bouleversés – courait sur près de 800 km. Les lieux d'affrontement, aux blessures difficilement effaçables, furent cartographiés sous le nom de « Zone rouge ».

Dès l’instant zéro que fut l’hiver 1918-1919, la cicatrisation des milieux s’enclencha, sous l’effet de deux dynamiques végétales : l’une, spontanée, œuvre de la nature ; l’autre, contrôlée, qui fut l’œuvre des acteurs du territoire – habitants, associations, élus, gestionnaires forestiers. La Zone rouge fut ainsi un creuset d’expériences. Durant la Reconstruction, tandis que de jeunes formations végétales s'épanouissaient sur les espaces dénudés et vacants, les pouvoirs publics reconstituaient le foncier. La domanialisation permit d’identifier des sites de mémoire et des espaces à boiser. Il fut alors dévolu à l'arbre et à la forêt un rôle décisif, mais silencieux et peu connu, dans la reconstruction des structures territoriales et des paysages.

L’étude aborde les questions d’environnement, de gestion forestière, d’aménagement territorial, celles aussi des débats sociétaux autour de la patrimonialisation des sites mémoriels. La démarche, transdisciplinaire, fait appel à la géographie des milieux et des hommes, à l’histoire militaire et forestière, à l’écologie, la foresterie, l’histoire du patrimoine.

L’iconographie et la cartographie, riches et variées (photographies, cartes postales, documents d’archive, tableaux d'époque), s’appuient sur l’actuel renouvellement des sources suscité par la Mission du Centenaire, l’ouverture des fonds publics et privés, la dynamique sociétale, les nouvelles technologies d’acquisition de données et l’engouement des publics pour un terrain réinterprété.

 

Cet ouvrage a reçu le label de la Mission du Centenaire.

label-centenaire

Introduction

Chapitre I. Les forêts de la Grande Guerre, arrêts sur images
Arrêts dans les Vosges, en Picardie et en Artois
Verdun 14-18, une forêt d’exception
Forêts de la guerre et patrimoine en Argonne

I. LA FORÊT MILITARISÉE, 1815 - 1914

Chapitre II. Forêt et défense du territoire.
La forêt et l’organisation défensive de la France, 1815-1870
Le contrôle militaire sur la forêt
Après le choc de la guerre franco-prussienne, penser la forêt en système
La forêt et la défense du territoire, 1873-1914

Chapitre III. A la veille de la guerre, une forêt militarisée
La forêt et l’homme à la veille de la Grande Guerre
La militarisation des milieux et des hommes, 1873-1914
Le bois et la forêt dans le camp retranché de Verdun

II. LA FORÊT DANS LA GUERRE

Chapitre IV. Et la guerre s’invite en forêt
L’entrée de la forêt dans la guerre : la bataille des frontières
La forêt et la fixation du front, exemples argonnais
La dégradation des peuplements et des milieux

Chapitre V. La forêt, cadre et acteur de la guerre
Bois et forêts dans la zone des combats
Le bois aux armées et la gestion de la ressource
Les structures de la forêt en guerre

III. DE LA ZONE ROUGE À LA FORÊT PATRIMOINE

Chapitre VI. Les forestiers face à la zone rouge
La Zone rouge, territoire d’intervention
Le volet forestier de la Reconstruction
Tableaux de forêts dévastées, Argonne, Hauts de Meuse, Picardie

Chapitre VII. Reconstruire, gérer et préserver
La reconquête végétale spontanée du champ de bataille
Les forestiers aux commandes
La grande mutation, le boisement de la zone rouge
Les paysages forestiers vers 1960
Le tournant de 1974 dans les forêts de zone-rouge


Conclusion

Bibliographie

Sources d’archives

Index des noms de forêts

Glossaire

Table des matières

Agrégé de géographie et docteur d’Etat ès lettres et sciences humaines, Jean-Paul Amat est professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne. Sa thèse de géographie historique, en cours de publication dans une version remaniée, richement illustrée, porte sur les relations entre la forêt, la...