Un horizon infini (n°18 coll.)

Explorateurs et voyageurs français au Tibet (1846-1912)

ISBN : 978-2-84050-722-2
Date de publication : 21/10/2010
Format : 16x24
Nombre de pages : 480
Informations : 36 ill. en noir
28,00 €
Disponible

Peu reconnus par la critique postcoloniale, souvent assimilés sans nuances aux enjeux géopolitiques du Grand Jeu en Asie centrale à la même période, les récits des explorateurs français du Tibet manifestent pourtant des traits culturels spécifiques dont on se propose ici de mener l’archéologie. Missionnaires, aventuriers, nobles bannis, scientifiques républicains, diplomates, officiers coloniaux, intellectuels et orientalistes éclairés indiquent tous que la culture de l’exploration dont, de 1846 à 1912, ils sont les représentants se conçoit intrinsèquement comme une culture paysagère. Aussi révèlent-ils une évolution originale des savoirs sur le Tibet et des représentations du paysage tibétain qui se découvre progressivement à eux. La description du paysage participe ainsi globalement d’une histoire des sensibilités et d’une histoire des sciences, ce que l’on peut appeler une géosensibilité. Mais la description scientifique du paysage, liée à la pratique du voyage et à une confrontation à l’ailleurs, ne doit pas masquer le primat expérientiel qui lui donne sens. C’est ainsi que le paysage, en tant qu’expérience vécue, en vient à jouer le rôle d’une médiation interculturelle invitant à un renouvellement des questionnaires des explorateurs. Par ailleurs, la description scientifique participe tout autant de différents orientalismes, de différentes perceptions d’un Tibet associé par les voyageurs à un « paysage sacré ». La diversité dont ceux-ci témoignent, mais aussi les croisements de représentations issues d’autres cultures de l’exploration du Tibet – la tradition anglo-saxonne en premier lieu –, nous plongent aux origines de l’« image du Tibet » qui, au loin de la rencontre vivante des explorateurs – la Première Guerre, la Convention de Simla et l’avènement du Guomindang marquent le terme de la culture française de l’exploration du Tibet –, se cristallisera et s’unifiera dans l’imaginaire occidental du XXe siècle.


Samuel Thévoz est docteur ès Lettres de l’université de Lausanne, où il enseigne actuellement les littératures de langue française. Ses recherches portent essentiellement sur le récit de voyage au Tibet, sur le paysage et sur les phénomènes d’interculture en littérature.

Sur le même thème