Le serment promissoire dans les chansons de geste

XIe-XIIe siècles

ISBN : 978-2-84050-734-5
Date de publication : 07/07/2011
Format : 16x24
Nombre de pages : 340
22,00 €

Parole donnée, parole formulée, le serment promissoire s’inscrit dans la langue pour en franchir les limites. La force performative du serment, en vertu de laquelle la parole transforme le monde, crée une réalité nouvelle, assure cette transcendance.

L’examen des performatifs, question a priori purement linguistique, va nous conduire à prendre en compte les données du monde extralinguistique et, plus spécifiquement, de la société médiévale occidentale. Temps représenté, temps vécu, temps cyclique ou temps biblique : autant d’étalons avec lesquels nous devrons prendre les mesures du temps juratoire.

La subjectivité inhérente au serment promissoire fait signe vers la personne du jureur, vers ce « je » sur qui repose, in fine, la parole donnée, et dont il nous faudra sonder l’épaisseur.

 

Introduction

PREMIÈRE PARTIE

LE SERMENT PROMISSOIRE : QUEL ACTE DE LANGAGE ?

Les énoncés performatifs

Enonces constatatifs et énoncés performatifs

Les trois dimensions de âÉê l’emploi du langage

Performatifs et actes illocutionnaires

une theorie des actes de langage

Langue et conventions

Les faits bruts et les faits institutionnels

Structure des actes illocutionnaires : le cas particulier de la promesse

Référence et prédication

Performatifs et actes de langage indirects

Assertion et potentiel de force illocutionnaire des phrases déclaratives

Les actes illocutionnaires : quel classement possible ?

Les actes de parole et les actes sanctionnes

Le serment promissoire : exception linguistique ou utopie du langage ?

Promesse et serment promissoire

Le futur nécessaire

Performativité et sacralité : la langue comme Verbe

 

DEUXIÈME PARTIE : LE RITE EN QUESTION

Analyse des formules rituelles

L’instance invoquée

Constructions prépositionnelles

Si Deu me ait / Se Deus m’aist / Se Deus me beneie

les serments non ritualises

Les verbes juratoires

Les temps juratoires

 

TROISIÈME PARTIE : LES MESURES DU TEMPS

Le temps de l’âme

Le temps du salut

Les temps spirituels

Du futur pré-dit a l’avenir pré-vu

Le serment comme Providence

Le serment dans l’histoire

 

QUATRIÈME PARTIE : L’ÉPAISSEUR DU « JE »

L’ordalie : un contre serment ?

L’Eglise à l’épreuve

Le serment à l’épreuve

Le serment comme ordalie personne et personnage

L’état de la personne médiévale

Je comme autre, je joue

Je isolé : serment et démesure

Vers la subjectivité moderne

Une nouvelle dignité

Auto-sacralisation de la parole donnée : vers le droit moderne

 

Conclusion

Bibliographie

Lire un extrait

Docteur en lettres de l’université Paris-Sorbonne, Élise Dürr enseigne les lettres modernes. Elle est également responsable des éditions L’Élocoquent.

Sur le même thème