Histoires de mots

Études de linguistique latine et de linguistique générale offertes en hommage à Michèle Fruyt

Souscription jusqu'au 1er septembre 2017
ISBN : 979-10-231-0561-2
Date de publication : 01/06/2017
Format : 16 x 24
Nombre de pages : 500 pages
Informations : Souscription avant le 15/08/17 pour figurer dans la Tabula gratulatoria. SI VOUS PENSEZ ÊTRE PRÉSENT À LA CÉRÉMONIE DE REMISE DES MÉLANGES, MERCI D'ENVOYER PLUTÔT UN CHÈQUE À L'ORDRE DES "PUPS" AFIN D'ÉVITER LES FRAIS DE PORT SUPPLÉMENTAIRES
39,00 €

Quoi de plus passionnant que l’histoire des mots ? Une quarantaine d’auteurs se proposent dans cet ouvrage de faire partager leurs recherches scientifiques sur le sujet. On découvrira au fil des pages de ces Histoires de mots que « célibataire » a pour origine une expression latine signifiant « qui fait ce qu’il veut », tandis que l’épouse est celle « qui reste à la maison », ou encore que le climat pluvieux des mois d’automne (september, october, november et december) était inscrit dans leurs noms mêmes (imber « pluie »). Comment le verbe caveo, qui veut d’abord dire « éviter » (cave canem !), en est-il venu à signifier « protéger » ? Pourquoi un même mot (nedum) peut-il prendre les sens opposés tantôt de « bien davantage » tantôt de « bien moins encore » ? En quoi le connecteur igitur (« donc ») révèle-t-il le narcissisme de Salluste ?

À travers ces études particulières sur l’origine, la formation, l’évolution et les variations du lexique latin se dessinent de plus vastes perspectives. Quels sont les processus évolutifs mis en jeu par les changements morphologiques, sémantiques et syntaxiques ? Comment des emplois spécifiques liés à l’appartenance sociale, à l’emploi de langues techniques, au bilinguisme ou encore à des particularités idiosyncrasiques émergent-ils et dans quels contextes ? Autant de questions qui touchent également à la linguistique romane, à la linguistique comparée ou à la linguistique générale.

Présentation

Travaux et publications de Michèle Fruyt


Première partie

Origines


James CLACKSON, « Adulatio »
Charles DE LAMBERTERIE, « Le couple tacēresilēre du
latin : étude étymologique »
George-Jean PINAULT, « Morbus ou la déréliction »
Romain GARNIER, « Sur l’étymologie du lat. caelebs
“célibataire” »
Vincent MARTZLOFF, « Latin uxor “épouse” et ses
correspondants italiques. Où en est le débat scientifique sur
l’étymologie ? »
Gérard CAPDEVILLE, « Autour des bois sacrés »

 

Deuxième partie

Formation


Guillaume BONNET, « Brèves réflexions sur la notion de
morphème dans la grammaire ancienne »
Marine GUÉRIN, « La série des lexies birēmis / trirēmis /
quadrirēmis / quinquerēmis nāuis : une curiosité
morphologique et sémantique »
Jean-Paul BRACHET, « Note sur la formation du
substantif artifex »
Benjamín GARCÍA HERNÁNDEZ, « Éléments de
composition dans les adjectifs en -osus et -o/ulentus »
Chantal KIRCHER-DURAND, « Quelques énigmes du
calendrier romain : le micro-système lexical des noms de
mois en -ber »
Monique CRAMPON, « Les noms en -tio chez Plaute et
leur expansion à l’époque républicaine »
Sophie VAN LAER, « Les adjectifs intensifs en latin :
forme, sens et emplois »
Jean-François THOMAS, « Morphologie et sémantique
du groupe exigere, exiguus, examen »
Hanna ROSÉN, « Autour de la délocutivité migratoire »
Alessandra BERTOCCHI & Mirka MARALDI, « Dumtaxat »
Anna ORLANDINI & Paolo POCCETTI, « Liens de
coordination, disjonction et comparaison autour de quam »
Dominique BRIQUEL, « Le nom des Latins en étrusque »
Heikki SOLIN, « Pour un dictionnaire onomastique latin »
 

Troisième partie

Évolutions


Marie-José BÉGUELIN, « Le changement morphologique
selon Saussure »
Rosanna SORNICOLA, « Réflexions sur la formation du
pluriel italo-roman à partir des documents de Cava dei Tirreni »
Christian TOURATIER, « Vérité diachronique et vérité
synchronique »
Manfred KIENPOINTNER, « L’évolution sémantique du
lexème libertas »
Claude MOUSSY, « Esquisse de l’histoire du verbe caueo »
Esperanza TORREGO, « Le verbe latin ueto : de Plaute à
l’Histoire Auguste »
Marie-Dominique JOFFRE, « Réflexions sur un cas de
synonymie approximative : la concurrence is / ille »
Ekkehard KÖNIG, « L’article défini et ses emplois :
diversité et types de variation »
Frédérique FLECK, « Nēdum : les intermittences de la négation »

 

Quatrième partie

Variations


Alain CHRISTOL, « La palette du cuisinier romain »
Olga SPEVAK, « La construction -tio + esse dans les textes
normatifs de l’époque préclassique »
Tatiana TAOUS, « En passant par le lat. pronomen :
promenade au coeur d’une (r)évolution terminologique »
Sophie ROESCH, « La catachrèse (abusio, abusiue) dans le
Commentaire de Servius à l’Énéide »
Pedro DUARTE, « Les lacunes lexicales. Le témoignage de
Pline l’Ancien »
Gerd V. M. HAVERLING, « Sur quelques aspects de la
formation verbale dans la langue poétique »
Pierluigi CUZZOLIN, « Quelques réflexions sur
l’alternance plus / magis en latin archaïque »
Lyliane SZNAJDER, « Autour des complétives en quod en
latin biblique »
George Bogdan TARA, « Conditions d’emploi des tournures
habeo + participe parfait passif et habeo + infinitif en latin tardif »
Carmen ARIAS ABELLÁN, « Le lexique latin et ses
variétés diaphasiques »
Colette BODELOT, « L’ellipse dans une scène de seruus currens
chez Térence : une variation diaphasique multifactorielle »
Carole FRY, « Igitur en marqueur de l’emprise psychologique.
Le cas sallustien à la lumière de la linguistique psychiatrique »
Bernard BORTOLUSSI, « La place du pronom réfléchi
sujet dans le discours indirect et son interprétation »


Index des notions
Remerciements

 

Michèle Fruyt est professeur émérite de linguistique latine de l’université Paris-Sorbonne. Spécialiste de lexicologie, de formation des mots et d’évolution diachronique du latin aux langues romanes, elle est l’auteur d’un ouvrage et d’articles sur la suffixation et la composition nominale et d’une importante mise au point sur les phénomènes de grammaticalisation. Elle dirige actuellement le projet Dictionnaire historique et encyclopédie linguistique du latin.

Ancienne élève de l’École normale supérieure (Ulm), Frédérique Fleck est agrégée de grammaire (2001), titulaire d’un doctorat d’Études latines de l’université Paris-Sorbonne (2006). Elle enseigne depuis septembre 2006 au Département des Sciences de l’Antiquité de l’École normale supérieure, en...