Les Églises et le Talmud

Ce que les Chrétiens savaient du judaïsme

ISBN : 978-2-84050-429-0
Date de publication : 15/03/2006
Format : 16 x 24 cm
Nombre de pages : 208
18,00 €
Disponible

Quelle connaissance réelle du judaïsme et de l’hébreu pouvaient avoir les Chrétiens à l’Époque moderne ? Les études hébraïques n’ont été conçues que comme un complément, un éclairage du christianisme destiné à prouver la véracité de sa doctrine et non à comprendre les vérités du judaïsme, cet effort imposant l’apprentissage des langues sémitiques et le respect de l’altérité.


Avertissement, Daniel TOLLET, secrétaire général de l’Institut de recherches pour l’étude des religions de l’Université Paris-Sorbonne

Introduction, Michel MESLIN, ancien président de l’Université Paris-Sorbonne, Directeur honoraire de l’Institut de recherches pour l’étude des religions

 

PREMIERE PARTIE

La connaissance du judaïsme et de l’hébreu à la fin du Moyen Âge et à l’Époque de la Renaissance

La perception et l’image du judaïsme en Russia Orientalis à la fin du XVe-XVIe siècles (remarques préliminaires) : Mikhaïl-V DMITRIEV, professeur à l’Université Lomonossov, Moscou

Sancti Pagnini, traducteur de la Bible : Anna MORISI GUERRA, professeur à l’Université « La Sapienza »

Rome Les premiers hébraïsants chrétiens français de la Renaissance et leur usage de la littérature juive médiévale : Max ENGAMMARE, chercheur associé à l’Institut d’Histoire de la Réformation de Genève et Directeur des éditions Droz (Genève)

Quelques contributions à propos de la biographie de Sixte de Sienne et de sa (prétendue) culture juive : Fausto PARENTE, professeur émérite de l’Université de Rome II –

Tor Vergata. La connaissance du monde juif à Venise au XVIe siècle : Pier-Cesare IOLY-ZORATTINI, de l’Université de Udine

 

DEUXIEME PARTIE

La connaissance du judaïsme et de l’hébreu à l’Époque classique

La connaissance de l’hébreu chez John Milton, poète biblique : Lionel IFRAH, professeur émérite de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Le judaïsme des Sabbatariens de Transylvanie : Thomas GERGELY, professeur à l’Université Libre de Bruxelles, Directeur de l’Institut d’études du judaïsme

La connaissance du judaïsme en Pologne dans l’œuvre de Gaudencjusz Pikulski,

La Méchanceté des Juifs, Lwow, 1758 : Daniel TOLLET, secrétaire général de l’Institut de recherches pour l’étude des religions de l’Université Paris-Sorbonne

 

TROISIEME PARTIE

La connaissance du judaïsme et de l’hébreu à l’Époque des Lumières

L’élaboration d’une connaissance du judaïsme au tournant de l’émancipation : l’abbé Grégoire, émancipateur des juifs et prêtre catholique ; Rita HERMON-BELOT, maître de Conférences au CEIFR/EHESS, Paris

Franz-Josef Molitor, kabbaliste chrétien du XIXe siècle : Roland GOETSCHEL, professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne

Présentation du Plan du comte Joseph Haller (1790) : Charles KECSKEMETI

Conclusions générales : Daniel TOLLET, secrétaire général de l’Institut de recherches pour l’étude des religions de l’Université Paris-Sorbonne

Index nominum

Sur le même thème