S'inscrire à
             la lettre d'information     
 

Histoire de l’imprimé. Références

agrandir couverture
 
Afficher les tables des matières


23/05/2013
16x24, 420 p.
60 illustrations n&b in-texte
ISBN : 978-2-84050-881-6

Nouveauté ! :
Livre papier   20 €

 


Matière et esprit du journal

Du Mercure galant à Twitter

Alexis Lévrier et Adeline Wrona

Adeline Wrona

Adeline Wrona est professeur des universités au Celsa, université Paris Sorbonne, où elle est responsable de la formation en journalisme. Ancienne élève de l’ENS, agrégée de Lettres modernes, elle est spécialiste des relations entre littérature et journalisme, du XIXe au XXe siècle. Parmi ses ouvrages récents figurent Zola journaliste (Flammarion, coll. GF, 2011), et Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook (Hermann, 2012). Elle s'intéresse notamment aux métamorphoses des genres journalistiques, analysés sous un angle à la fois poétique et communicationnel.

Alexis Lévrier

Alexis Lévrier est maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’université Reims Champagne-Ardenne. Ses recherches portent sur l’histoire de la presse et sur les relations entre journalisme et littérature. Il est l’auteur d’un ouvrage consacré au journalisme d’expression personnelle au XVIIIe siècle (Les Journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », PUPS, 2007). Il a aussi codirigé deux volumes collectifs consacrés à la presse d’Ancien Régime (avec Françoise Gevrey : Érudition et polémique dans les périodiques anciens, Reims, 2007 ; avec Klaus-Dieter Ertler : Regards sur les « spectateurs », Peter Lang, 2012).

Qu’est-ce qu’un journal ? Un objet, ou un contenu ? Mais peut-on seulement penser l’un sans l’autre, la matière sans l’esprit du journalisme ? Si l’on veut comprendre l’évolution de la presse à travers les âges, alors il faut interroger la relation particulière qui s’établit dans l’univers périodique entre le discours et le support. Or, ce support n’a cessé de se métamorphoser au cours des siècles, depuis la naissance du journal sous l’Ancien Régime, jusqu’à ses derniers avatars au troisième millénaire.

Cet ouvrage propose donc un parcours dans l’histoire de la presse, envisagée sous l’angle de sa matérialité : du Mercure galant, grand mensuel mondain de l’Ancien Régime, aux nouveaux outils d’information en ligne, tels Twitter, ce sont plus de trois siècles de pratiques journalistiques qui sont ici analysés. D’abord satellite du livre, le journal s’est peu à peu constitué en média autonome au cours du XVIIIe siècle, au point d’imposer son format, ses standards de mise en page, sa légèreté et sa mobilité. Il se massifie au XIXe siècle, et intègre les nouveaux modes de reproduction de l’image, devenus plus tard indispensables pour affronter la concurrence de l’audiovisuel. Au seuil du XXIe siècle, un autre défi s’impose enfin à la presse : imaginer un journal sans papier.

Les quinze études présentées dans ce volume proposent d’ausculter l’objet journal selon des perspectives complémentaires, mais qui ont rarement été réunies à ce jour : analyse des liens entre journalisme et littérature, sociologie de la profession, étude des dispositifs techniques... Elles alternent monographies d’un titre de presse (Le Pour et le contre, La Bigarrure, Excelsior) et approches comparatives (la Une des quotidiens, le cas des news magazines, le journalisme face à Internet).