S'inscrire à
             la lettre d'information     
 

Passé/Présent

agrandir couverture

18/03/2010
23x30, 520 p.

ISBN : 978-2-84050-681-2

Livre papier   62 €

 


Le palais de Darius à Suse

(version avec coffret)

(dir.) Jean Perrot

Jean Perrot

Directeur de recherche honoraire au CNRS où il est entré en 1946, Jean Perrot, archéologue tourné vers la préhistoire récente du Proche et du Moyen-Orient et les origines de la civilisation orientale, a fouillé de nombreux sites anciens de Palestine, de Turquie et d’Iran, animant la recherche au niveau international. En charge de la Mission archéologique française de Suse de 1968 à 1979, amené à prendre des mesures de sauvegarde des vestiges de la période achéménide (VIe-IVe siècle avant J.-C.), il a repris l’exploration des ruines du palais de Darius avec le soutien et les encouragement des autorités gouvernementales et la participation d’archéologues et techniciens du Centre iranien de recherche archéologique et du musée national de Téhéran.

Ce livre a pour but d’éclairer une page de l’histoire de l’Empire perse au sommet de sa grandeur, il y a 2 500 ans, et l’image d’un homme d’exception, le Grand roi Darius Ier (522-486), roi des rois, roi des Perses, pharaon d’Égypte. Le palais qu’il a fait construire à Suse aux confins de la Perse et de la Babylonie, au centre géographique d’un empire qui s’étendait de la vallée du Nil à celle de l’Indus, est un témoin unique de l’architecture orientale à la fin du vie siècle avant l’ère commune. Ce palais, reconnu il y a 150 ans par l’archéologue britannique W.K. Loftus, puis par l’archéologie française, s’est trouvé révélé dans ses dimensions et sa complexité par dix années de recherches sur le terrain, de 1969 à 1979. Son souvenir, gardé par la Bible aux livres d’Esther, d’Esdras et de Néhémie, avait aussi trouvé un écho dans des pièces du théâtre grec et français ainsi que dans la littérature de l’Antiquité ; souvenir ravivé en 1888 par l’arrivée dans les salles du musée du Louvre d’un gigantesque chapiteau à têtes de taureau et de frises de briques émaillées alignant des « archers » richement vêtus, tenant la lance, ou d’inquiétantes figures de lions et de monstres ailés. Mettant en œuvre de surprenantes techniques, le palais de Darius s’est élevé sur les ruines déjà millénaires de la vieille capitale élamite ; il marque une étape sur la route du Fars vers la Babylonie et, au-delà, vers l’Asie antérieure et le monde égéen. Sa construction a rapproché deux cultures, deux traditions architecturales ; celle de la plaine mésopotamienne qui ne dispose que de terre et d’eau, de la brique crue et des roseaux, et celle du haut plateau iranien dont les matériaux sont aussi la pierre et le bois. La convergence des deux manières de bâtir a débouché, dans un esprit de connivence, vers des solutions élégantes, comparables dans le domaine de l’architecture à celles que connaissent, dans le même temps, les arts plastiques. En témoigne, dans cet autre domaine, la statue colossale de Darius, dressée en Égypte au bord d’un canal reliant le Nil à la mer Rouge et à la Perse, avant qu’elle ne soit apportée à Suse par Xerxès. L’ornementation du palais introduit une iconographie nouvelle, une imagerie humaniste qui met fin au règne des monstres de l’ancienne mythologie et révèle un aspect de l’idéologie de Darius, chef de guerre charismatique, mais aussi homme de religion, administrateur et législateur à l’échelle du monde alors connu.

Sous le haut patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et coordonné par Jean Perrot, directeur de la mission archéologique de Suse, cet ouvrage rassemble des contributions d’historiens, archéologues et spécialistes français de la période achéménide, professeurs au Collège de France, chercheurs au CNRS, conservateurs du département des Antiquités orientales du musée du Louvre.