S'inscrire à
             la lettre d'information     
 

Collection Roland Mousnier (histoire moderne et contemporaine)

agrandir couverture
 
Afficher les tables des matières


14/09/2011
16x24, 424 p.
32 pages de cartes en couleur
ISBN : 978-2-84050-777-2

Livre papier   23 €

 


Co-éditeurs :

Les Editions du Septentrion

La guerre de Sept Ans en Nouvelle-France

(dir.) Bertrand Fonck et Laurent Vissière

Laurent Vissière
  • Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure (rue d’Ulm) et de l’Ecole des Chartes
  • Agrégé d’histoire
  • Docteur en histoire
Bertrand Fonck

Conservateur du patrimoine, Bertrand Fonck est chef du département de l’armée de terre au Service historique de la Défense (ministère de la Défense).

La chute de Québec provoquée par la bataille des Plaines d’Abraham en 1759 et la capitulation de Montréal l’année suivante signèrent la conclusion d’un long conflit et la fin de la Nouvelle-France. Si le souvenir de la guerre de la Conquête reste très vif au Québec, comme l’ont récemment montré les débats suscités par la commémoration des événements, la guerre de Sept Ans, davantage connue sur le Vieux Continent pour les brillantes campagnes de Frédéric II et les défaites subies par la France sur les champs de bataille européens, n’y a guère marqué les mémoires. C’est en effet en Amérique du Nord que le conflit a commencé et qu’il a provoqué les bouleversements décisifs entérinés par le traité de Paris de 1763, portant un coup fatal au premier empire colonial français. Derrière les enjeux diplomatiques auxquels on réduit trop souvent ce qui fut l’une des premières guerres mondiales de l’histoire, des hommes ont combattu pour défendre ou conquérir un territoire sur lequel se livra une guerre différente de celle pratiquée en Europe. La rudesse du climat, l’immensité du théâtre d’opérations, la guerre à la canadienne et les alliances amérindiennes forcèrent les troupes venues d’Europe à s’adapter, avec plus ou moins de réticence et de succès. Au-delà des interrogations qui subsistent sur la responsabilité d’un Montcalm ou les mérites d’un Wolfe, ces combats et les hommes qui les livrèrent méritaient qu’on porte sur eux un nouveau regard.

Cet ouvrage collectif, réunissant les contributions d’historiens et de conservateurs français, anglais, canadiens et américains, explore toutes les facettes du conflit et étudie à nouveaux frais tant la stratégie des belligérants et l’expérience vécue par les combattants que l’évolution du contexte mémoriel hérité de la guerre de la Conquête. S’appuyant sur les recherches les plus récentes et tentant de répondre aux ambitions de l’histoire totale du fait militaire, il se veut enfin un bilan historiographique sur la guerre de Sept Ans en Nouvelle-France.