Exils intérieurs

Les évacuations à la frontière franco-allemande (1939-1940)

ISBN : 979-10-231-0573-5
Date de publication : 24/11/2017
26,00 €

Sait-on que les évacuations de population ont une histoire longue en Europe depuis le xxe siècle, plongeant leurs racines dans les deux guerres mondiales ? En septembre 1939, plus d’un million de Français et d’Allemands furent ainsi évacués préventivement par leurs États des zones frontalières de l’Alsace et de la Moselle côté français, et de la Sarre, du Palatinat et du pays de Bade côté allemand. Cette migration forcée ouvre la série des grands déplacements de population qui marquèrent l’histoire de l’Europe durant et au lendemain de la seconde guerre mondiale. Pour l’Allemagne nazie, elle constitue le laboratoire des déportations ultérieures de populations indésirables. Pour la France républicaine, elle préfigure les flots incontrôlables de l’exode de 1940.

Dans les deux cas, les régimes ont dû faire face à la difficulté d’évacuer les zones de départ, mais également d’accueillir et de reloger ces populations dans des régions plus éloignées des frontières. Les États et les différents acteurs sociaux et humanitaires durent s’adapter à des problématiques nouvelles à cette échelle, telles que le convoyage de centaines de milliers d’individus, l’accueil et l’assistance aux réfugiés, la relocalisation industrielle, le dédommagement et les réquisitions. Bouleversant les pratiques et la vie quotidienne des populations et
confrontant des cultures régionales très différentes, cet épisode devait laisser des traces durables dans la mémoire des régions de départ et d’accueil comme de la nation française, mais aussi dans les pratiques de la gestion publique des populations à l’heure de la nécessaire solidarité nationale, tant en Allemagne qu’en France. Résultat de quatre années de recherches d’un programme francoallemand financé par l’Agence nationale de la recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft, cet ouvrage redonne à cet événement largement méconnu toute son importance fondatrice dans l’histoire des cultures de guerre et des migrations de population : les évacués de 1939-1940 constituaient le dernier groupe à devoir être étudié après les émigrés, les exilés, les réfugiés, les déportés et les prisonniers des conflits du xxe siècle.

Olivier Forcade est professeur d’Histoire contemporaine des relations internationales à l'université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur l'Histoire du XXe et du XXIe siècle: l'Histoire du système international, des blocus et des embargos du XVIIIe au XXI...

Mathieu Dubois est agrégé et docteur en histoire de l’université Paris-Sorbonne et de l’Universität Augsburg. Ancien Fellow du Zentrum für Zeithistorische Forschung (Potsdam), il est actuellement chercheur et enseignant à l’université Paris-Sorbonne et chargé de conférences à l...

Co-directeur du projet EDEFFA, Junior-Professor en histoire contemporaine de l’Europe de l’Ouest à l’université Eberhard Karls de Tübingen depuis 2012, Johannes Großmann a étudié les sciences politiques et culturelles à l’université de la Sarre et à l’Institut d’études...

Co-directeur du projet EDEFFA, Junior-Professor en histoire européenne à la Ruhr-Universität de Bochum depuis 2010, Fabian Lemmes a étudié l’histoire, la culture française et la communication interculturelle, et la psychologie sociale à l’Université de la Sarre et à l’Institut d’études...

Co-directeur du projet EDEFFA, professeur émérite d’histoire contemporaine de l’Allemagne et des pays germaniques à l’université Paris-Sorbonne (2010-2015) et d’histoire contemporaine à l’Université de la Sarre (1985 - 2013), professeur invité à l’Université hébraïque de Jérusalem (1995) et de...

Sur le même thème