Poor White Trash

La pauvreté odieuse du Blanc américain

ISBN : 978-2-84050-769-7
Date de publication : 07/01/2013
Format : 145x210
Nombre de pages : 308
18,00 €

 

 

« “Être” poor white trash » aux États-Unis, c’est d’abord se faire traiter de « poor white trash! », « sale Blanc ! », intérioriser cette dénomination, la vivre, dans la honte, comme un stigmate. Parce que les discours d’une époque sont inscrits au cœur du texte, la littérature nous permet plus que les sciences sociales de découvrir les métamorphoses de ce personnage de pauvre méprisable, enfant bâtard de la classe et de la race.

Par l’étude littéraire des œuvres des écrivains Sherwood Anderson, Erskine Caldwell, Harper Lee et Russell Banks, mais également de leurs arrière-plans historique et culturel, on découvre un personnage plus vraiment blanc, grossier, pouilleux, alcoolique et violent, qui incarne dans un même mouvement les bas-fonds de l’humanité et la bouffonnerie grotesque. Ce livre montre que si la pauvreté obscène et la vilénie morale du « white trash » offrent un spectacle odieux, elles sont surtout les fruits d’un discours qui permet de conjurer l’angoisse du déclin social.

Des quartiers noirs de Baltimore où le terme « po’ white trash » serait né vers 1830 au Détroit du rappeur Eminem qui revendique aujourd’hui l’épithète infamante, ce livre se propose de suivre les traces laissées dans le grand récit national par le « poor white trash » et de comprendre sa subversion profonde de l’ordre social et des interdits raciaux de l’Amérique contemporaine.

 

Introduction ........................... 7

PREMIÈRE PARTIE : L’INVENTION DU POOR WHITE TRASH AVEC ANDERSON ET CALDWELL

Préhistoire d’une vilénie sociale ............................................ 27

CHAPITRE I

Sherwood Anderson et l’âge d’or du pauvre blanc trash .......... 33

Hugh McVey, pauvre petit blanc du Missouri .......................... 35

Hugh, pauvre blanc, artisan malgré lui de la honte sociale .. 45

CHAPITRE II

Erskine Caldwell ou la pantomime du pauvre blanc .................... 55

De l’abjection à l’humanité ....................................... 58

White Trash Nemesis : le pauvre blanc, refl et dans l’oeil noir ................................................................... 74

DEUXIÈME PARTIE : LE PAUVRE BLANC TRASH EN PROCÈS, AUTOUR DU ROMAN DE HARPER LEE, TO KILL A MOCKINGBIRD

La damnation du sang blanc........................................... 97

CHAPITRE I

Pauvretés symboliques et sociales .................................... 101

Le sudiste comme déchu.................................................. 101

« Country Folks » ........................................................... 103

Spectre et incarnation de la « vermine blanche » ................. 110

« Pas notre genre » .......................................................... 115

CHAPITRE II

Propos orduriers et vie indigne : les Ewell ....................................... 119

Les Ewell à l’extérieur du cercle : « respectable whites only » ............ 119

Sexe, race et compagnonnage : les questions interraciales irrésolues ......................................... 130

TROISIÈME PARTIE : LE POOR WHITE TRASH PREND LA PAROLE. RUSSELL BANKS ET EMINEM

Nouveaux prolétaires et anciens white trash ................................. 161

CHAPITRE I

Russell Banks, l’odyssée du pauvre blanc affligé de Nouvelle Angleterre  ............................................167

Un pauvre blanc entré en littérature ................................. 170

Qu’est devenu l’homme blanc ? Mythe et histoire d’un entrashement.............................................................. 174

L’homme white trash, en état de perpétuelle affl iction ...... 181

Chappie-Bone, Huck Finn de Nouvelle-Angleterre ............... 188

Tension entre l’ici et l’ailleurs, métissage et salut ................ 192

CHAPITRE 2

Eminem ou la voix métisse du nouveau white trash ................... 205

Eminem, stade suprême de la « vermine blanche » ............. 206

Eminem ou la figure de l’hybride ..................................... 225

Conclusion ........................................................................ 251

POSTFACE

Barack Obama face au mythe du pauvre blanc ............................. 261

Bibliographie ........................................................................... 279

Remerciements ........................................................................ 303

Index ..................................................................................... 305

Lire un extrait

Sylvie Laurent est américaniste, agrégée d’histoire et docteur en littérature américaine, chercheur au W.E.B. Du Bois Institute de l’université d’Harvard et chercheur invité à l’université de Stanford. Elle enseigne à Sciences-Po et à Columbia University Programs in Paris. Son premier livre,...

Sur le même thème